Chez Mily

Chez Mily

Hot Love Disaster

comme j’avais adoré le premier, je me suis jetée sur le second.

  

 

 

 

   

Hot, comme Fabien – à moins que ce soit Francis ? Impossible de retenir ce fichu prénom ! – le brun ténébreux, et accessoirement lieutenant de police, que je suis contrainte et forcée de suivre pour trouver l’inspiration pour mon prochain best seller (message à mon éditeur : je te hais). Absolument pas mon genre en temps normal, mais j’avoue que je ne suis pas insensible à son côté bad boy. Lui, par contre, ne peut pas sentir les femmes de caractère : ça promet. Love, comme la comédie que mon beau flic et moi nous apprêtons à jouer. Car Félix – Florian ? – souffre de la même malédiction que moi, à savoir : une mère atrocement pressée de le caser. Et puisque l’enquête nous oblige à migrer dans le sud familial pile à la période des fêtes, nous avons convenu de nous faire passer pour un couple. Disaster, parce que la vie, quand c’est compliqué, c’est tellement plus marrant ! Du coup, en plus de tout ça, il se trouve que j’ai parié avec ma meilleure amie Lydia et son mâle attitré que je ne coucherai pas avec Ferdinand – Fabrice ? Je peux le faire, je peux tenir. Enfin... tant qu’il n’enlève pas son tee-shirt.

 

  

 

 

Il faut savoir qu’en ouvrant ce livre, j’avais de grands espoirs. Je venais de passer trois semaines de m*** et j’avais besoin d’un remontant. Certaines se saoulent pour passer le temps, perso je lis ce que j’espère de bons romans.

 

Le cocktail du premier est de nouveau au rendez-vous dans ce tome. Les deux héros sont attachants, marrants et parfois à côté de la plaque. Ils se cherchent, se trouvent mais tiennent à garder une certaine distance.

 

Pour notre plus grand bonheur.

 

Je vous laisse imaginer la tête de Grand Chef, quand non contente de lui avoir dit que j’avais « encore » acheté un livre, j’ai dû lui explique qu’il n’avait pas survécu à l’après-midi (il pense sérieusement à me confisquer ma carte de crédit… Méchant !)

 

Bon tout ça pour dire que, même si mes soucis étaient toujours là à la sortie du livre, j’avais passé un délicieux moment avec Maïa et son problème de mémorisation des prénoms.

 

Pendant tout le livre, les deux points de vue sont alternés, on découvre ainsi les deux de façon égale et personnelle. Ils sont très différents, un policier et une écrivain, mais finissent pas s’apprivoiser et… miam.

 

En gros, je vous le conseille, même si mon coup de cœur reste sur le premier.

 



10/05/2015
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 248 autres membres