Chez Mily

Chez Mily

La saga des Montgomery, T1 : Les yeux de velours

Cela faisait longtemps que je n’avais pas lu et il faut dire que je ne savais pas par où commencer ma PAL. Et puis, je me suis souvenue que ma mère m’avait vanté les louanges de cette saga.

  

     

 

 

   

L'aube se lève... Judith ne dort toujours pas... Que lui est-il arrivé ? Est-elle vraiment la femme de cet inconnu assoupi à ses côtés ? S'est-elle réellement donnée à lui, pendant cette longue nuit, oubliant tout ce qui les sépare ? Oui. Elle s'est livrée tout entière à lord Gavin Montgomery, désormais son seigneur et maître. Il l'a déshabillée lentement, ses mains ont caressé chaque parcelle de sa peau brûlante, ses lèvres, tour à tour douces et exigeantes, l'ont fait frissonner. Puis il l'a emportée sur le lit conjugal, tremblante, vaincue... Et dans le monde magique des sens, plus rien n'a existé que leurs deux corps embrasés de désir. Mais avec le jour, la terrible réalité a repris ses droits : Gavin n'aimera jamais Judith ; son cœur appartient à une autre...

 

  

 

 

 

Alice est le grand amour de Gavin. Dès le premier chapitre, il est question de leur idylle, de leurs rendez-vous. En gros, pas moyen de faire abstraction de leur couple. Et du côté calculateur de cette femme. Une vraie tête à claque, et là c’est pas un spoiler parce que l’auteur l’annonce clairement dès le début là aussi.

 

 

Judith est contrainte de se marier avec Gavin. Son père veut absolument un héritier puisque ses deux fils sont morts. Sa fille qu’il a négligée jusque là va donc devoir se sortir les doigts du … Pas trop de surprise jusque là.

 

Un mariage arrangé, des sourires pourtant dès leur première rencontre, de l’électricité dans l’air. Et de la trahison. Dès le soir de leur noce, Judith voit Gavin avec l’autre sorcière, de quoi vous donner des envies de meurtres.

 

Et nous voilà parti avec ce couple qui tente de se construire avec l’ombre de la maîtresse. Et il faut bien le dire, les œillères de Gavin n’ont pas tardé à me chauffer les oreilles !

 

Ses frères, ses amis, tout le monde lui dit qu’Alice est une succube, mais monsieur s’obstine au détriment de Judith qui bien que présentée avec du caractère devient une vraie chiffe molle dès que son mari débarque.

 

Pas de doute une bonne lecture, un bon moment, mais j’aurais aimé que Gavin ouvre plus rapidement les yeux. Dans mon esprit, il a perdu de sa superbe à se trainer aux pieds de son premier amour, le réduisant à un homme naïf bien loin du héros de romance que j’aime. Par contre la patience de Judith et son esprit d’entreprise m’ont séduit.

 



07/06/2015
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 252 autres membres