Chez Mily

Chez Mily

Bonus (JPE J) 3

<<

 

- Je suis à l'hôpital. Maureen et Jack ont eu un accident.

 

- Grave ?

 

Je ne pris pas la peine de répondre. Le reste parlerait de lui-même. Et puis je n'avais pas encore le courage de le dire à haute voix. Je ne pouvais me permettre de craquer. Surtout pas à quelques pas de Manon et en sachant qu'Evans pouvait revenir à tout moment.

 

- Manon est sous le choc. L'employé du ministère nous a donné rendez-vous demain pour nous parler de la tutelle.

 

Silence. Il comprenait. Merlin, tout devenait réel.

 

- Nous ? répéta-t-il.

 

- Jack et Maureen ont choisi deux tuteurs. Evans et moi.

 

Je n'avais pas pu m'empêcher de cracher son nom. Cette femme avait le don de me faire sortir de mes gonds même en son absence !

 

- James, calme-toi ! Avant tout de chose, il faut se concentrer sur le bien-être de la petite.

 

- Mais…

 

- James ! Je sais ! J'étais là quand Jack nous parlait d'elle ! Mais là, il faut penser à Manon.

 

Sa voix était sans appel. Je me tus pour écouter la suite.

 

- Demain, il va surement te parler de lui faire voir un psychomage. Un diagnostic doit être fait pour savoir si elle est apte à quitter une structure médicalisée. Propose-lui mon nom ! J'annulerais tout pour aller à l'hôpital et juger de son état.

 

- D'accord. Mais et si…

 

J'allais pour lui parler d'Evans qui ne nous faciliterait sans doute pas la tache quand il me coupa de nouveau, m'empêchant de déverser de nouveau mon venin.

 

- Retourne auprès de Manon et tache de ne pas tuer Evans. Finir à Azkaban n'arrangerait rien à l'histoire ! De mon coté, je préviens Sirius et Yolande.

 

- Je te rappelle plus tard, dis-je.

 

Une fois dans la chambre, je continuais la lecture sans qu'elle ne fasse le moindre mouvement susceptible de me faire comprendre qu'elle m'entendait. C'était frustrant de ne pas savoir ce qui se passait en ce moment dans sa tête. Je ne relevais pas quand Evans revint, Remus avait raison, je devais arrêter de m'attaquer à elle.

 

La nuit arriva enfin sans que je ne bouge de cette chambre. Manon avait fermé les yeux. Evans aussi. J'avais l'impression de veiller sur leur sommeil alors qu'il me fuyait tout simplement.

 

A deux heures du matin, je ne tins plus et décidais de me dégourdir les jambes. Je faisais des allers et venues dans le couloir quand un infirmier me demanda ce que je faisais encore là. Je lui expliquais rapidement la situation avant de lui poser des questions sur Jack et Maureen.

 

Je le suivis jusqu'à un bureau où il me proposa un café avant de sortir un dossier si fin que je le crus vide pendant un instant. Il en lut le contenu puis m'en fit un bref résumé. Maureen était morte sur le coup sa fille accrochée à elle tandis que Jack s'était battu. Il s'était battu pour « une tigresse rousse ». Pourquoi ? Qu'avait cette femme de si particulier pour qu'il ne puisse se défaire de son amour pour elle ?

 

- Sirius ? dis-je en entendant quelqu'un décrocher.

 

- James…

 

Il savait. A sa voix, je pouvais…

 

- Qu'est-ce que…

 

- T'inquiète pas, on sera là pour t'aider !

 

- Merci, vieux frère !

 

Je discutais encore un moment avec lui avant de m'excuser pour retourner au chevet de ma princesse.

 

- Embrasse Manon de ma part !

 

Je raccrochais et repris ma place sur mon siège face aux deux endormies. Les prochains jours seraient durs mais je pouvais compter sur les autres Maraudeurs.

 

Sur le matin, je rentrais au Manoir me changer, je mangeais rapidement en réalisant que cela faisait plus de vingt-quatre heures que je n'avais rien avalé et transplanais au ministère.

 

- Vous pouvez entrer !

 

Je sursautais légèrement en remarquant qu'Evans était arrivée elle aussi et que la secrétaire nous faisait signe d'entrer dans un grand bureau.

 

- Bon, allons droit au but ! Je suppose que vous préféreriez tous les deux être au chevet de Manon plutôt qu'en ma compagnie.

 

Je serais mieux SEUL au chevet de Manon mais je ne relevais pas.

 

- Manon devra rencontrer un psychomage qui déterminera l'étendue de son traumatisme.

 

- J'en connais un très bon, le coupai-je. Je lui demanderais de la voir.

 

- Puis-je savoir le nom de ce monsieur ?

 

- Oui, Remus Lupin.

 

Je vis très clairement Evans se tendre à mes côtés.

 

- Hors de question !

 

Je me retins de faire une quelconque réflexion devant l'employé du ministère.

 

- Et puis-je savoir pourquoi ? demanda justement ce dernier.

 

- Il s'agit d'un des amis de Monsieur Potter ! Il va assurément vous dire que, pour le bien de Manon, je ne dois plus la voir ! Il ne sera pas partial !

 

Je ne pus retenir un petit ricanement. En faisant ça, je n'avais pensé qu'à Manon mais il est vrai que Remus pourrait m'aider à l'évincer.

 

- De toute façon, son avis sur ce point là, ne sera nullement pris en compte pour le moment.

 

Mer…

 

- Seule sa santé mentale sera évaluée afin de savoir si elle peut sortir de l'hôpital et de quoi vous devez vous méfier.

 

- Nous méfier ?

 

- Oui, il y aura peut-être des situations ou des allusions qu'il ne vous faudra absolument pas faire… Enfin le psychomage vous expliquera ça mieux que moi ! De plus, il vous faudra y aller tous les deux avec elle.

 

J'ouvris de grands yeux à l'idée stupide de m'allonger sur un canapé pour parler de mes secrets avec un étranger. Enfin Remus… De toute façon, ce dernier avait surement déjà l'intention de me psychanalyser à mon insu… J'espérais juste qu'il ne le ferait pas en présence d'Evans !

 

- Je verrais pour prendre contact avec votre ami, monsieur Potter afin de déterminer quand il pourra vous voir tous les trois.

 

- Je l'ai déjà appelé…

 

- Quoi ?

 

Je ne laissais pas le temps à Evans de me lancer des accusations :

 

- Remus est un de mes plus vieux amis et il connaissait Jack ! Je ne pouvais pas faire autrement que de lui en parler !

 

Que croyait-elle ? Que nous étions que deux à les connaitre ? Qu'ils n'avaient pas d'autres amis ? Quelle égocentrisme !

 

- Il m'a dit que dans la plupart des cas, un avis de psychomage était demandé et qu'il se tenait à notre disposition afin que la petite puisse sortir le plus rapidement de l'hôpital et reprendre une vie…

 

Normale ? Pouvais-je dire cela ? Je préférais ne pas finir et vis du coin de l'œil Evans qui se rangeait de mon côté sans se battre plus. Finalement elle n'était peut-être pas aussi stupide si elle savait quand se taire.

 

- Très bien. Et quand peut-il venir la voir ? demanda le vieillard.

 

- Dès cet après-midi… Si mademoiselle Evans y consent.

 

J'avais mis tout le mépris que je ressentais pour elle dans un simple « Mademoiselle Evans ». Et ça m'avait fait un bien immense !

 

- C'est bon, je serais là.

 

Son ton était sec. Elle avait donc bien saisi le message.

 

Une fois les derniers détails réglés, nous retournâmes en silence auprès de Manon qui n'avait pas bougé d'un pouce. Je l'embrassais sur le front tout en lui caressant les cheveux sans obtenir plus de réactions que les fois précédentes.

 

Merlin, ses rires me manquaient déjà et cela faisait moins de vingt-quatre heures que cet enfer avait commencé.

 

Evans reprit sa lecture pendant que je replongeais dans mes pensées. Il me faudrait voir rapidement pour leur enterrement. Les gens à prévenir. Devrais-je faire un buffet après ou renvoyer tout le monde loin pour ne plus avoir à supporter leurs condoléances ?

 

- Bonjour James !

 

- Remus ! Content de te voir !

 

>>



18/07/2011
17 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 257 autres membres