Chez Mily

Chez Mily

Bonus (JPE J) 9

<<

 

Je me retournais vers Evans.

 

- Lily ! claquais-je sèchement.

 

Elle sursauta avant de s'approcher de moi. J'avais tant envie de la prendre dans mes bras pour la réconforter, pour lui murmurer que nous allons y arriver. Mais au lieu de ça, je lui ordonnais de monter dans sa chambre. Elle refusa de prime abord, ce qui attisa ma colère.

 

- Ce n'était pas une question ! Vous êtes à bout, alors reposez-vous ! Je viendrais vous voir avant le dîner.

 

Je savais par Remus qu'elle n'avait demandé aucune aide de personne. Qu'elle n'avait contacté aucun psychologue pour en parler et je doutais sincèrement qu'elle ait vu quelqu'un d'autre que Manon, les Maraudeurs et moi depuis son emménagement.

 

Je pris alors sa place dans le canapé et regardais la princesse se déhancher devant moi. Elle semblait s'amuser malgré l'absence de sourire, de rire. Je me passais nerveusement la main dans les cheveux.

 

Je ne revis Evans que rapidement pour le dîner. Elle craquait ou n'en était pas loin. Seulement loin de me faire plaisir, je ressentais surtout beaucoup d'inquiétude.

 

Le lendemain matin, après la rentrée à la crèche qui se déroula malheureusement comme je l'avais prévue, c'est-à-dire mal, je passais rapidement au cabinet de Remus pour le mettre au courant de la scène de la veille.

 

- James, il est normal qu'elle pleure. Franchement j'attends cela depuis des jours, ce qui m'embête c'est qu'elle ne m'appelle pas.

 

- Tu crois vraiment qu'elle te parlera à toi ?

 

- Non, mais j'aimerais l'aider.

 

Je le quittais une demi-heure plus tard pour aller « travailler ». Je passais en réalité ma matinée à penser à tout et n'importe quoi. Mes envies de famille se faisaient de plus en plus prononcées, seulement il me fallait déjà me concentrer sur Manon et son bien être. Trouverais-je ensuite une femme capable de m'épauler dans son éducation ?

 

Trois petits coups à la porte de mon bureau me sortirent de ma léthargie.

 

- Bonjour monsieur Potter !

 

Je regardais la comptable entrer avec une démarche sexy. Cela faisait des mois que j'avais remarqué son manège. Et pour le moment, il m'amusait. Je dis bien pour le moment parce qu'à la longue, il commençait à être répétitif.

 

- Installez-vous ! dis-je en montrant la chaise de l'autre côté de mon bureau.

 

A chaque réunion que nous avions tous les deux, je me montrais de plus en plus froid. J'instaurais une distance qui croissait de jour en jour mais loin de la rebuter, cela semblait même l'exciter.

 

Nous discutâmes d'un budget et sans que je ne l'ai vu venir, elle était debout à côté de moi, le décolleté plongeant ouvert. J'ignorais ses coups d'œil, sa main qui trainait sur mon bras… Heureusement que Lily n'était pas ainsi !

 

Le grognement qui m'échappa à ce moment-là, eut l'immense conséquence de la faire se reculer. J'en profitais pour regarder l'heure. Midi. Je devais aller manger et partir pour…

 

- Je vais devoir mettre fin à cette réunion, claquais-je.

 

- Oh…

 

Tant de déception pour si peu…

 

- Je voulais justement vous demander… Pour cet après-midi…

 

Je me levais rudement la bousculant avec ma chaise pour qu'elle s'écarte.

 

- Serait-il possible que je vous accompagne ?

 

Je me tournais vers elle, sidéré qu'elle puisse me demander une telle chose. L'enterrement de mon frère ! Cette croqueuse d'homme croyait sincèrement que j'allais l'inviter à…

 

- Il serait temps que vous compreniez que vous ne m'intéressez pas. De plus, j'ai déjà une femme dans ma vie qui m'accompagne. Je vous prierai de rester à votre place si vous ne voulez pas recevoir un blâme.

 

Elle recula enfin et s'éloigna de moi pour enfin sortir de la pièce. Déjà la directrice de la crèche m'avait prodigieusement agacé ce matin mais là… Ca commençait à faire trop !

 

En rejoignant les garçons, je leur parlais de l'incident ce qui amusa énormément Sirius, ne créant qu'un vague sourire sur les lèvres de Remus. A défaut de vraiment nous faire rire, nous pensâmes à autre chose. Tout du moins, jusqu'à l'entrée du temple. Je vis immédiatement les deux cercueils, les photos, les fleurs… Tout prenait corps, le cauchemar était la réalité. Et j'allais devoir y survivre.

 

Je repérais Evans qui parlait avec Remus, elle tenta de s'asseoir dans les derniers rangs mais ce dernier voulait qu'elle soit près de nous. Si j'avais pu, j'aurais accepté rapidement. Mais je restais sur la défensive. Elle réveillait en moi trop de choses pour que je ne me méfie pas d'elle. D'où le regard noir que je lui lançais en la voyant s'approcher.

 

Pourquoi avais-je tant envie de la protéger ?

 

Je fus sorti de mes pensées par une main qui se posa sur mon bras.

 

- Jamesie, comment va notre petite Manon ?

 

- Elle va bien. Merci de demander, Yolande.

 

Elle était une amie de la famille, notre mère de substitution depuis la mort de nos parents. Je savais que je pouvais compter sur elle à tout moment et j'avais bien cru qu'elle m'aiderait avec Manon. Mais non, il avait fallu que le juge nous impose…

 

- Et tu arrives à concilier ton travail et la petite ?

 

Non, je n'y arrivais pas. Enfin peut-être aurais-je pu mais il était plus facile de faire avec Evans. Et puis j'avais confiance en elle. J'avais pu apprécier sa tendresse vis-à-vis de ma nièce et je ne souhaitais personne d'autre pour s'en occuper.

 

- Yolande, Jack et Maureen avaient nommé deux tuteurs à leur mort.

 

- Oh ! Et qui est cette seconde personne ? Sirius ?

 

- Non. Yolande, je te présente Lily Evans.

 

Cette dernière se retourna et je pus voir un certain malaise dans ses yeux. Craignait-elle la réaction de Yolande ? Si elle savait qu'elle avait devant elle la plus grande de ses alliées…

 

- Lily Evans, LA Lily Evans ?

 

- Oui, murmura-t-elle.

 

- J'aurais tant aimé vous rencontrer dans d'autres circonstances !

 

Elle se ratatina un peu plus sur elle et, pendant un instant, je fus tenté de lui prendre la main pour la soutenir. Non, il ne fallait pas…

 

Le mage arriva et commença à parler mais je ne l'écoutais plus. Je repensais à mon frère, à sa femme, à mes parents. J'embrayais sur ma vie que je trouvais finalement vide de sens pour en revenir à la femme à mes côtés. Je tentais de me re-concentrer et entendis le mot Destin. Cherchait-il à me convaincre que tout ce gâchis avait un but ultime ?

 

Une fois tout cela fini, j'invitais les gens à venir au Manoir. La plupart nous suivirent, des groupes se formèrent et je remarquais Yolande qui s'approchait d'Evans.

 

Et le défilé des condoléances commença. Les gens ne se rendaient pas compte qu'ils ne faisaient que retourner le couteau dans la plaie ? Qu'ils me rappelaient ainsi sans cesse qui je venais d'enterrer ? Que j'étais maintenant l'unique héritier Potter ? Que j'étais célibataire et en charge d'une enfant de deux ans ?

 

Las de tout cela, je me dirigeais vers Evans.

 

- Il faudrait aller chercher Manon.

 

- Je ne sais pas faire de transplanage d'accompagnement.

 

- Et vous croyez que je n'ai que ça à faire que de la conduire à l'école ou encore d'aller la chercher ?

 

Il m'était si facile de passer mes nerfs sur elle que pendant un instant je n'eus aucun remord.

 

- Je me suis inscrite ce matin à un stage pour me perfectionner. Après je peux toujours y aller et revenir en magicobus…

 

- Ce ne sera pas la peine !

 

Je m'éloignais rapidement, heureux d'avoir là une réelle excuse pour quitter cette atmosphère étouffante.

 

Seulement ce qui m'attendait à la crèche, n'améliora pas mon humeur. La directrice m'avait tout de suite reconnu et tiré dans son bureau pour m'expliquer que Manon n'avait fait que pleurer de la journée. Qu'elle avait refusé de se nourrir le midi… La journée avait été catastrophique pour elle et elle dormait actuellement.

 

Pourtant quand nous sortîmes, je la vis pleurant à chaudes larmes tout en dévisageant les parents qui venaient chercher leur progéniture. Quand elle me vit, elle se calma pour reprendre avec plus d'intensité. Venait-elle de comprendre qu'elle ne reverrait jamais ses parents ?

 

Je la pris dans mes bras et transplanais rapidement au Manoir. Aussitôt Lily vint nous rejoindre.

 

- Elle cherchait ses parents… lui expliquais-je en embrassant doucement les cheveux de ma nièce.

 

- Je vais dire à tout le monde de partir, dit Remus qui était miraculeusement apparu à nos cotés.

 

>>



08/08/2011
14 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 255 autres membres