Chez Mily

Chez Mily

Mon meilleur allié 64

– Lily, cet appartement est magnifique…

 

– Je sais…

 

Et c’était bien ça le problème ! Tout était fait pour que je tombe amoureuse de cet endroit. Dès le hall d’entrée, je savais que j’étais perdue. Si je restais sur mes positions, j’allais m’en vouloir toute ma vie d’avoir laissé passer l’opportunité de vivre ici.

 

Lumineux, calme, bien situé… pas un seul défaut si ce n’est le loyer qui me faisait avoir des sueurs froides !

 

– James… chouinai-je.

 

– On le prend ! Dit-il à l’agent immobilier qui se tenait un peu en retrait.

 

– Ce n’est pas ce que je voulais dire, tête d’hérisson empaillée !

 

– Je sais, mais il est hors de question qu’on passe à côté de cet appart’ à cause de ton mauvais caractère !

 

– Je n’ai pas mauvais caractère, me défendis-je pendant qu’il donnait la pochette contenant tous les papiers nécessaires à la signature d’un bail. C’est juste…

 

Une fois les mains libres, il se retourna vers moi pour plonger ses yeux chocolat dans les miens :

 

– Je t’aime, tu sais ?

 

J’acquiesçai, attendant de voir où il voulait en venir.

 

– Mais nous allons commencer notre vie à tous les deux ici, reprit-il. Quand tu auras fini tes études et trouvé un boulot, on déménagera dans une maison avec un grand jardin pour nos enfants.

 

Je souris, émue à l’idée qu’il puisse se projeter aussi loin dans l’avenir avec moi.

 

– Lily, dans quelques temps, je ne sais pas combien de mois, de jours, poursuivit-il, mais dans quelques temps, je te demanderai de devenir ma femme. Et ce sera dans cet appartement, devant la fenêtre qui donne sur la forêt. Je te ferai une telle déclaration que tu cesseras pendant au moins deux jours de m’affubler de surnoms ridicules.

 

Je sentis mes lèvres se tordre sous le coup de l’émotion. Il n’avait pas besoin de me faire une grande déclaration, d’attendre, j’étais prête à lui répondre dès aujourd’hui !

 

 – Et je sais déjà la réponse que je te donnerai, soufflai-je contre ses lèvres avant de l’embrasser.

 

– Bien, murmura-t-il avant de m’entrainer dans un baiser bien plus passionné. Comme quoi, on ne va pas trop se disputer à cause de cet appart’ !

 

James Potter, ou comment gâcher un moment romantique…

 

Mais bon, je l’aime, il est à moi et je le garde quoi qu’il m’en coûte !

 

FIN

 



23/04/2015
10 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 253 autres membres